Île-du-Prince-Édouard - Histoire et culture

À première vue, l'histoire et la culture de l'Île-du-Prince-Édouard semblent commencer et se terminer avec Anne aux pignons verts. Cependant, la vie réelle de la province est tout aussi intéressante que celle de son héroïne de fiction la plus célèbre. Comme ses voisins des Maritimes, l'Île-du-Prince-Édouard possède une culture remplie de fêtes de cuisine animées, d'artistes talentueux et de gens sympathiques.

Histoire

Vague

Les premiers habitants de l'Île-du-Prince-Édouard, les Mi'kmaq, croient que le Grand Esprit a créé leur maison en façonnant de l'argile rouge foncé en un croissant sur les eaux. Les Mi'kmaqs ont appelé l'île Epekwitk ou " berceau sur les vagues ", nom que les premiers colons européens ont modifié en Abegweit.

Les Français ont établi les premiers établissements permanents de l'Île-du-Prince-Édouard après que l'île qu'ils appelaient Île Saint-Jean ait été intégrée aux colonies de l'Acadie et de l'Île Royale. Après deux batailles consécutives en 1745 et 1746 entre les soldats acadiens et ceux de la Nouvelle-Angleterre à Port-la-Joye, de nombreux Acadiens ont migré vers l'île Saint-Jean après leur expulsion du continent. En 1758, un grand nombre d'entre eux sont déportés de l'île Saint-Jean.

Les Britanniques ont établi le fort Amherst sur l'ancien site de Port-la-Joye en 1758 et l'Île-du-Prince-Édouard est devenue une colonie distincte en 1769. On peut encore voir le fort Amherst au lieu historique national du Canada de Port-la-Joye-Fort-Amherst (191, ruelle Hache Gallant, Rocky Point), qui décrit en détail les périodes de domination française et britannique. Le prénom britannique original de l'île, St John's Island, a ensuite été changé en Prince Edward Island pour éviter toute confusion avec St John's, Terre-Neuve, et Saint John, Nouveau-Brunswick.

Peu après le choix de Charlottetown comme capitale de la colonie, deux corsaires du Massachusetts font un raid sur la ville en 1775. Comme les provinces voisines du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse, l'île a accueilli des colons loyalistes venus des États-Unis nouvellement formés.

L'Île-du-Prince-Édouard est célèbre pour avoir été le lieu de la Conférence de Charlottetown de 1864, qui a abouti à la création du Canada en 1867, mais la région n'a rejoint la nouvelle nation qu'en 1873, lorsque le gouvernement a promis de prendre en charge la dette croissante des chemins de fer et de racheter les derniers propriétaires terriens non résidents de l'île. Le lieu de la première réunion historique des Pères de la Confédération, Province House (165, rue Richmond, Charlottetown), demeure à ce jour le cadre de l'assemblée législative de l'Île-du-Prince-Édouard.

En 1908, l'Île-du-Prince-Édouard a acquis une renommée internationale à la suite de la publication du premier roman, et le plus populaire, de l'auteur local LM Montgomery, Anne aux pignons verts. Le tourisme se classe maintenant parmi les industries les plus importantes de l'Î.-P.-É., après l'agriculture et la pêche.

Culture

Vague

Anne... la maison aux pignons verts est sans aucun doute le monument culturel le plus célèbre de l'Île-du-Prince-Édouard, mais Anne est loin d'être la seule réalisation artistique de cette petite province. Des représentations théâtrales en direct ont lieu régulièrement non seulement au Confederation Centre of the Arts de Charlottetown et au Harbourfront Theatre de Summerside, mais aussi au Victoria Playhouse, beaucoup plus petit. Le Victoria Playhouse présente plus de 80 spectacles chaque année dans la salle communautaire historique de Victoria by the Sea, à mi-chemin entre les deux plus grandes villes de l'Île-du-Prince-Édouard.

Le Centre des arts de la Confédération abrite également la Galerie d'art de l'Île-du-Prince-Édouard, tandis que le Centre d'art et de culture Eptek de Summerside se trouve à côté du Harbourfront Theatre. Plusieurs petites communautés de l'Î.-P.-É. possèdent leurs propres galeries d'art intéressantes, comme la Dunes Studio Gallery près de Brackley Beach. La région Évangéline de l'île, à l'ouest de Summerside, abrite la plus grande communauté acadienne, dont l'histoire est décrite au Musée acadien de Miscouche et dont les artistes talentueux exposent leurs œuvres au Centre d'artisanat d'Abram-Village.

Développement de la Langue Française
et Blogueur Personnel

2022

Jeunesse Acadienne Blogue. Tous droits réservés.